Echo du Domaine, novembre 2018 – Côté moulin

novembre 14, 2018
Serge Davico

Côté moulin et oliveraie

Le moulin a ouvert depuis environ 2 semaines. Vous pouvez apporter vos olives jusqu’au 15 décembre inclus de 14h à 19h du lundi au samedi, et de 16h à 19h le dimanche.

Un numéro de téléphone est à votre disposition : 06 51 38 41 70 (n’hésitez pas à laisser un message vocal, vous serez rappelé sans faute). Vous pouvez aussi nous contacter par email : moulin.les.cengles@orange.fr.

Côté récolte et trituration, la saison démarre très bien avec 5,5 tonnes d’olives triturées dès le 1er jour d’ouverture !

Pour l’instant nous avons un meilleur volume que 2017, avec un rendement normal pour un début de saison (7,5 à 8,5 kg d’olives pour 1L d’huile) surtout après les 3 jours de pluies mi octobre qui ont fait grossir les olives (en plus de ralentir la récolte).

L’état sanitaire des olives est excellent et nous promet un millésime exceptionnel.

Pour le moment, l’huile d’olive nouvelle a un profil aromatique très herbacé avec une amertume marquée que l’on adoucira avec l’assemblage d’un fruité plus mûr (récolte plus tardive).

Pour ceux qui ont déjà fini leur récolte, pensez à protéger les arbres de l’œil de paon avec un traitement à base de bouillie bordelaise.

Ca y est, l’équipe du moulin travaille de nuit afin d’avoir une trituration des olives plus rapide.

 

Après trituration, que faire des déchets ?

Vous le savez surement (sinon nous vous invitons à venir faire une petite visite chez nous !), la fabrication de l’huile est réalisée en plusieurs étapes : les olives sont effeuillées, lavées, broyées. La pâte obtenue est ensuite malaxée pour que les gouttelettes d’huile se détachent, ce qui facilite l’extraction de l’huile.

Dans 70% des cas, c’est par la force centrifuge qu’est extraite l’huile. Ces centrifugeuses séparent l’huile des grignons (sorte de pâte composée du noyau, de pulpe et de peau de l’olive) et des margines (liquide noir qui provient des eaux de végétation des olives).

Que deviennent-ils ensuite ?

Ils sont utilisés comme engrais pour notre vignoble et l’oliveraie.

Attention cependant car ces produits sont riches en potassium et les excès de nutrition potassique peuvent notamment se traduire en viticulture par une augmentation du pH du vin avec une diminution de l’acidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *