Echo du Domaine, septembre 2018 – Côté cave

septembre 12, 2018
Serge Davico

Si vous avez visité notre Domaine, vous avez dû remarquer que nous sommes équipés en goutte à goutte et vous êtes nombreux à demander si l’irrigation est autorisée…

Effectivement, l’irrigation des vignes a longtemps été interdite (jusqu’en 2006). La vigne étant considérée comme  une plante ayant de faibles besoins en eau, si l’on souhaitait obtenir une bonne qualité de raisin les conditions climatiques naturelles permettaient de subvenir à ses besoins. L’irrigation des vignes est souvent perçue comme une façon d’obtenir de gros rendements, de faibles degrés d’alcool, et des vins de mauvaise qualité (dilués). Face au réchauffement climatique les vignes sont de plus en plus confrontées à de fréquents épisodes de sécheresse. Il a été prouvé qu’un stress hydrique trop important altère la qualité du raisin et met en péril la pérennité de la vigne. En effet,  pour assurer sa survie par manque d’eau,  la vigne cesse d’alimenter les raisins et entraîne un blocage de maturité parfois irréversible. La qualité des arômes est altérée par la dégradation de l’acidité malique et tartrique due à la chaleur. De plus, la plante reprend dans les raisins le jus qu’elle  a stocké en début d’été pour survivre (à l’image d’un chameau !), du coup les rendements sont très affectés. Si la période de sècheresse est très longue comme en 2017, le manque d’eau est tel que les feuilles tombent précocement, ne laissant pas à la vigne le temps de faire des réserves de celluloses pour passer l’hiver. Le printemps suivant, le redémarrage de végétation est laborieux. Utilisée à bon escient et bien raisonnée, l’irrigation est donc un outil qui devient indispensable; et la mise en œuvre par  goutte à goutte nous permet une grande précision tout en économisant de l’eau. En  2006, le décret n° 2006-1527 stipule ses conditions de mise en œuvre :

L’irrigation est désormais autorisée mais strictement interdite du 15 août jusqu’à la récolte (pour les parcelles en production). En effet, au-delà de la véraison, l’irrigation aurait un impact sur le grossissement des baies et leur dilution serait trop importante. Concernant notre AOP Côtes de Provence, le cahier des charges interdit l’irrigation sauf sous dérogation lors d’années particulièrement sèches (comme en 2017).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *