Echo du Domaine, juin 2018 – Côté Cave

C’est toujours assez la course côté cave et côté vignoble… pour ne pas changer !

En cave, ce sont les mises en bouteille qui continuent, les commandes de nos clients et importateurs sont de plus en plus nombreuses pour préparer l’été.

Côté vignoble, c’est la période de l’ébourgeonnage et de la plantation de nouveaux plants clonés.

Des plants clonés ??? Et oui, lorsque l’on plante des vignes, nous choisissons l’origine familiale du végétal par l’intermédiaire de son «clone».

Un plan cloné est une vigne composée d’un cépage préalablement sélectionné (inscrit au catalogue Entav) et qui a été greffé à des racines qui ont la faculté d’être résistantes à un vers destructeur de vigne appelé le phylloxéra (racines américaines). Pour réaliser cette greffe, une incision est effectuée sur la souche “porte-greffe” (vigne d’origine américaine appelé Fercal CL 242). Ensuite, on y insère le greffon d’un cépage choisi (ici Merlot 343) dont on connaît les caractéristiques et qui remplit des critères en terme sanitaire (résistant à certaines maladies et virus), œnologique (qui s’assemble facilement à d’autre cépages), de rendement et d’arômes. Grâce à la sève qui va passer d’une branche à une l’autre, le végétal va guérir et on obtient alors une vigne résistante au vers ravageur (grâce à la souche américaine) et avec les fruits aux caractéristiques souhaitées.

Echo du Domaine, avril 2018 – Côté Cave

Petit point sur notre culture raisonnée

Le principe de la culture raisonnée est de tirer le meilleur de la culture biologique sans s’interdire, dans certains cas, l’utilisation de produits de synthèse qui eux, sont interdits en Bio.

Pour le comparer à la médecine humaine, ce serait  la démarche d’une personne qui se soigne la plus part du temps avec des plantes, de l’homéopathie et avec une recherche d’équilibre physiologique, mais qui utilisera des antibiotiques lors d’une pathologie sévère.

Dans la lutte raisonnée il y a plusieurs niveaux d’implication et plusieurs labels de validation, ce qui n’a jamais permis de faire connaitre cette démarche aux consommateurs.

Au domaine Terre de Mistral  nous adhérons au cahier de la chambre d’agriculture des Bouches du Rhône  « NM » (Nutrition Méditerranéenne)  qui part sur le principe qu’en zone méditerranéenne le climat est peu propice au développement de maladie de la vigne et donc, en réfléchissant au mieux à l’utilisation des produits de protection et à l’équilibre physiologique de la vigne, nous produisons des vins « sains ».

Concrètement au Domaine, nous sommes en cours d’abandon total des herbicides chimiques (qui étaient déjà très peu utilisés)-  nous avons la chance de n’avoir jamais eu dans notre vallée d’attaque de vers de la grappe donc nous utilisons 0 insecticide – avec une météo généralement sèche nous utilisons des produits de synthèse pour lutter contre le champignon mildiou 3 fois en moyenne en début de végétation (souvent une dizaine dans le Bordelais),  puis nous utilisons 2 à 3 fois le cuivre utilisé dans l’agriculture biologique.

Il faut savoir que le cuivre utilisé en période de précipitations fréquentes doit être renouvelé  très souvent et il a des effets indésirables sur la vie des sols.

Pour lutter contre le champignon oïdium nous utilisons 4 produits synthétiques en début de campagne puis une à deux fois le souffre (utilisé en Bio).

Il est à noter que nous choisissons nos quelques produits de synthèse parmi la classification la plus douce qu’il existe, sans tenir compte de leur prix élevé.

Enfin, pour la nourriture, les «Bio» utilisent des supports organiques concentrés et nous optons pour des matières minérales donnant de meilleurs résultats à coût égal.

Ce descriptif transparent sur nos pratiques a pour objectif de montrer une approche pragmatique de la conduite de notre vignoble pour une agriculture durable dans le respect de l’environnement.

Pour finir, nous sommes dans l’attente de valider notre démarche par la certification HVE (haute valeur environnementale) qui  est le « raisonnée » de l’Etat Français, rédigé dans le cadre du grenelle de l’environnement.

Serge

Echo du Domaine, Mars 2018 – Côté Cave

Bonjour à tous,

 

Il m’est toujours agréable de vous donner des informations sur notre métier ; pour ce mois ci :

Tous nos assemblages sont terminés  et les premiers conditionnements des cuvées  sont achevés. « Rosalie », « Simone », « Anna », « Mireille » … ont trouvé leurs parures 2017.

C’est essentiel car pour les vignerons proposant des vins rosés, ce qui est notre cas, le début d’année est une période clef pour la commercialisation :

Les restaurateurs renouvellent leur carte de printemps/été, les cavistes revoient leur référencement en prévision des mêmes périodes, qu’ils soient français ou étrangers. Du coup, quant au mois de Juillet vous achèterez une bouteille de vin à la table de votre restaurant préféré, vous pourrez maintenant vous dire «je choisi cette bouteille (de préférence une terre de mistral !!), et c’est grâce au travail de relation qui a été effectué en février ». C’est fou non ?

C’est pourquoi  l’équipe commerciale du domaine n’épargne pas  sa peine et ses heures de travail : voyage de 3 semaines aux  USA pour Laura en Janvier, 3 jours de participation au salon international de Montpellier en  février avec suivi des contacts les semaines qui suivent, trois semaines de déplacement sur trois régions françaises pour Christophe en Mars. Sans compter tous les contacts de la restauration locale avec prise de rendez-vous et séance de dégustation avec Mailys en renfort.

Il faut ajouter à cela l’inscription à tous les concours de vin du début d’année car l’obtention de médailles apporte un effet rassurant sur la qualité de ce que nous proposons. Même si le coté subjectif des récompenses reste élevé  et que de très jolis vins n’obtiennent pas forcément de distinctions.

D’ailleurs cette année nous sommes chanceux, ou peut être avons-nous bien travaillé le millésime 2017 !!  Car nous venons d’obtenir 4 médailles (2 ors et 2 argents) au concours Général Agricole de Paris, un des plus renommé.

C’est également la saison où nous préparons nos activités culturelles et ludiques qui débuteront en avril. Thomas finalise un nouveau jeu ayant pour support les cépages, et il est en renfort de Laura pour la journée de présentation de notre millésime d’avril, celle de la vigne et du vin du mois de mai. Également le sentier « Art et vin »,  le festival « Vinômusic », les soirées diner/jazz » et bien d’autre en gestation pour cette nouvelle édition …

Comme vous pouvez le constater toute l’équipe de terre de mistral est mobilisée au long de l’année, même durant les périodes qui pourraient sembler plus calmes.

 

A très vite.

 

Serge